Comment les territoires sont-ils vécus ? Comment les cartes géographiques pourraient-elles êtres le reflet de ce ressenti ?

C’est pour répondre à ces questions que l’artiste Catherine Jourdan a imaginé un projet pseudo géographique farfelu dont elle est la coordinatrice : proposer à des groupes d’habitants de créer leur propre carte. Depuis 2008, Grrr participe au projet géographie subjective en apportant son savoir faire graphique, logiciel et son support matériel, tout en ayant une approche sensible, en donnant une importance aux petits riens du quotidien, pour montrer le territoire tel qu’il est vécu personnellement et collectivement. Découvrez au fil des pages, les cartes de la ville d’Indre, Vieux-Condé, Luxembourg, Saint-Avé, Rennes et Nantes.

Visitez le site dédié au projet géographie subjective
La page pour commander l’une de ces cartes

cartes-subjectives02

Indre vue par les enfants des écoles Jules Ferry et Pierre Mara

Les enfants de la grande section maternelle au CM2 des écoles publiques Jules Ferry et Pierre Mara ont été les géographes en herbe d’une carte Indraise tout à fait subjective. Avec la complicité des enseignants, les enfants ont répondu à l’automne à un petit questionnaire, libre et très personnel, sur lequel ils ont pu exprimer leurs perceptions de leur ville. Toutes ces confidences ont été parcourues, épluchées, triées, synthétisées, afin d’esquisser, de dessiner une carte subjective d’Indre.

La carte d’Indre vue par les enfants

cartes-subjectives03

Les habitants de Vieux-Condé cartographient leur ville

A l’initiative du Boulon, les habitants de Vieux-Condé ont durant l’été cartographié leur ville -comme ils la perçoivent et l’imaginent-, fiers de leur passé minier et de la transformation progressive de leur territoire. Passé se révélant par transparence lorsque la carte est placée devant une source lumineuse.

La carte de Vieux Condé vue par ses habitants
Le site du Boulon dédié au spectacle vivant

cartes-subjectives04

Ein Plan der Luxembourg Stadt, wie sie von Kindern wahrgenommen wird

Invité par le Muséum d’Arts contemporains du Luxembourg, les enfants des écoles de la ville ont cartographié leur quotidien, mêlant les bonnes et les mauvaises odeurs, les parcs et les lieux de détente et de jeux avec une vision du futur très technologique. La carte est composée de trois langues, le Luxembourgeois, l’Allemand et le Français, « rien de plus normal » selon les enfants.

La carte de la ville du Luxembourg vue par les enfants
Le site du Mudam

cartes-subjectives05

Saint-Avé vue par les enfants

Au centre de loisir de Saint-Avé la parole était libre, la carte servant de prétexte pour parler, échanger et débattre sur la ville. Le résultat : une carte oú les enfants se sentent chez eux partout dans la ville et content d’y vivre, au point de s’approprier collectivement l’espace public : le centre-ville est alors renommé « ma grande maison », la forêt « notre bois propre ».

La carte de la ville de Saint-Avé vue par les enfants

cartes-subjectives06

Rennes vue par les enfants du Blosne

Près de Rennes, il y a Hollywood, oú vivent les stars de Rennes, et le zoo de Pleugueneuc oú des chiens se jettent sur des animaux pour les manger. Au centre de la ville, il y a l’archipel historique, oú les maisons ont des toits de châteaux et oú les gens achètent des « trucs ». Et surtout il y a le Blosne, avec « le parc de ma copine Vanessa » et le métro qui roule avec des piles. Les soucis du quotidien « parfois j’ai l’impression que les voisins du dessus jouent au bowling ». Voilà ce que racontent les enfants de la Maison des squares sur cette carte subjective de Rennes. Une invitation à flâner en étant sûr de ce perdre ou bien de découvrir la ville sous un nouveau jour.

La carte de Rennes vue par les enfants du Blosne.

cartes-subjectives07

Nantes vue par des enfants de deux quartiers

Réalisation en 2008 de la carte de Nantes vue par les enfants. Le but n’étant pas de montrer comment est cette ville de Nantes, mais plutôt de rendre compte de comment elle est pour eux en donnant à voir ce qu’ils y vivent, leur manière de la percevoir et de l’imaginer : une vision subjective. Deux quartiers de la ville ont donc été choisis : pour l’ouest, c’est le quartier Bellevue-Bourderie et pour l’est, celui de la Manufacture.

La carte de Nantes vue par les enfants de Bellevue.

Affiche de la carte dans les rues de Nantes
Affiche de la carte dans les rues de Nantes